Category Archives: L’environnement

La mare de Ly-Fontaine

La mare est issue de sources existantes dans les sous-sols de Ly-fontaine.

La mare étant briquetée, la brique joue un rôle de filtre naturel, elle se remplie naturellement, lentement.

Voici quelques photos de la mare.


La mare – Journée du patrimoine 2016

LA FAUNE ET LA FLORE DE LA MARE

Les représentants de l’association l’ADREE, sont venus présenter aux habitants les études effectuées par 2 étudiants depuis plus d’un an autour de la mare .Un historique a été présenté , rappelant à tous que la mare a toujours était au centre du village, comme un lieu de vie , autrefois abreuvoir pour les animaux, patinoire ou pataugeoire pour les enfants, elle est devenue aujourd’hui un lieu convivial où il fait bon se retrouver, notamment pour pêcher.
Situation de la mare : 45 mètres/22 mètres – 994 m2 surface de l’eau – 1500 m2 la clôture. Avant il n’y avait pas de clôture partout, les vaches venaient boire, les oies venaient pondre, les enfants apprenaient à nager dans la mare, et celle ci devenait une patinoire en hiver. Des concours de pèche y ont déjà été organisés. La mare était saine, jusqu’en 1980, un vendeur de poissons exotiques venait y chercher son eau.


Il ya 20 ans les amphibiens venaient se reproduire dans la mare, ce phénomène a disparu, notamment à cause de la route. Les amphibiens se cachent dans les bois en hiver et se reproduisent dans les mares en été, mais comme les bois sont fragmentés et qu’il y a plus de terres agricoles, il y a une diminution des corridors écologiques (=passage pour les espèces).Les propositions faites par les étudiants afin de préserver la biodiversité : faire une prairie sauvage (sur une partie de la surface = îlot).Possibilité de créer une haie en bord de cours d’eau, ce qui permettrait de limiter les algues.
Équilibre précaire entre les poissons/amphibiens et insectes, car les poissons sont prédateurs de ces espèces. Le poisson n’a pas de limite dans sa croissance, plus le plan d’eau est important, plus les poissons peuvent grandir.
Structure de la population : des perches qui ne grossissent pas, peut être qu’il n’y a plus suffisamment de plantes à manger. La Présence de libellules laisse à penser que la qualité de l’eau de la mare est bonne .A vérifier la présence d’hydrocarbures piégés dans la vase au fond de la mare. Les gros prédateurs ont été péchés : les brochets ont donc disparus .Présence de carpes : « brouteurs », consommateurs de végétaux.

 

L’étude effectuée pourrait engendrer des aménagements autour de la mare afin de faciliter la cohabitation entre l’homme, la faune et la flore. Des espèces vivant à la mare ont été présentées : demoiselle, libellule, grenouille, insectes.

 

La mare – Journée du patrimoine 2015

Le 19 septembre 2015, l’ADREE est intervenue dans le cadre des journées du patrimoine. Les enfants du village ont pu apprendre à pêcher : présentation des techniques de pêche.

La mare est issue de sources existantes dans les sous-sols de Ly-fontaine. La mare étant briquetée, la brique joue un rôle de filtre naturel, elle se remplie naturellement, lentement.
Au début des années 1990, certaines communes ont essayé de maximiser l’espace, en faisant disparaître les mares. Elles étaient souvent remblayées au profit de parking par exemple. Ly-fontaine a fait le choix de conserver son milieu humide qui a plusieurs fonctions. Aujourd’hui les communes ayant une mare de plus de 1000m² ont interdiction de remblayer.
La mare de Ly-fontaine = 994 m²

Il existe à Cessières une station de recherche qui travaille sur les milieux humides, il y a quelques mois une rencontre a eu lieu à Ly-fontaine concernant le dysfonctionnement de la mare de Ly-fontaine, à savoir l’apparition d’algues à la surface de l’eau en grande quantité. Ces algues sont des plantes aquatiques. Une étudiante de Reims est en charge d’une étude sur la qualité de l’eau de la mare, cette réflexion continue jusqu’au printemps prochain. L’eau de la mare a été analysée, elle est exempte de polluants, il n’y a pas de phosphore, ni de nitrate, malgré l’existence de cette algue filamenteuse. Elle est claire, elle est pauvre en éléments nutritifs (c’est-à-dire qu’il n’y a pas trop de nourriture, ce qui ne semble pas être un problème). L’eau est très bonne, d’après les paramètres étudiés, il faudra une analyse plus poussée par la suite. La mare a également une activité biologique très soutenue .Elle permet d’accueillir les oiseaux d’eau et les amphibiens (crapauds), ces espèces régressent avec la disparition des milieux humides, ils trouvent des habitats de substitution dans les prairies et les jardins .Par ailleurs, la mare a en autre un rôle de réserve d’eau en cas d’incendie.

 

 

La mare : une tradition, une histoire, un avenir, un projet

Une tradition…
L’histoire de la Picardie révèle qu’au XIXème siècle chaque village était doté d’une ou plusieurs petites mares. Bien utiles pour de nombreuses activités, elles servaient à lutter contre les incendies, d’abreuvoirs pour les animaux, au rouissage du lin et du chanvre, à refroidir les métaux travaillés par les forgerons, alimenter les lavoirs, canaliser les eaux de pluie qui ruissellent…Au XXème siècle, les travaux de voirie et le développement des réseaux d’eau potable les ont fait disparaître en grande partie car les besoins ne sont plus les mêmes . Cependant, le développement des notions écologique invite à redécouvrir les mérites de la mare pour l’écoulement des eaux de pluie, la maîtrise du ruissellement pluvial et souterrain.

Une histoire…

1917

Aujourd’hui 2014

Avant la seconde guerre mondiale :
Les hivers étaient rudes, et la mare était souvent gelée .Les gens s’y retrouvaient, petits et grands pour se divertir avec des glissades. La mare n’était pas clôturée, ils prenaient leur élan dans la rue de l’église. La guerre a mis fin à ces divertissements, puis la météo plus clémente
Avant la guerre, la mare avait pu être complètement curée. Après un été particulièrement sec, où le niveau avait baissé, les charretiers qui travaillaient dans le village, étaient descendus avec leurs attelages et ramassaient à la bêche la vase, pour nettoyer la mare
Souvent les familles possédaient des oies, celles-ci descendaient à la mare pour boire, et nager avec les canards .La mare ainsi habitée, était très vivante.
Dans les années 60, elle a un jour servi de point incendie pour éteindre le feu qui avait pris à une grange du village.
Aujourd’hui elle reste le centre du village, et permet aux pêcheurs et aux promeneurs de s’y retrouver en toute sérénité.

 

Un avenir …
Pourquoi préserver les mares ?
Les mares sont des « réservoirs » de biodiversité. L’étagement des végétaux en fonction du niveau
d’eau crée une grande diversité d’habitats. De nombreuses espèces, tant animales que végétales,
dépendent de ces milieux pour vivre. Certaines, rares, bénéficient d’u n statut de protection. La
raréfaction des mares met donc directement en cause leur survie.
Les mares sont devenues des zones de refuge potentielles pour de nombreuses espèces remarquables
.La présence d’un réseau de milieux humides sur un territoire est nécessaire aux espèces migratrices, à
la dispersion des espèces ou aux échanges génétiques entre les différentes populations
Par ailleurs en retenant l’eau de pluie, les mares participent à la gestion locale du ruissellement et à la
lutte contre l’érosion. Elles contribuent ainsi à l’amortissement des crues, à la prévention des
inondations.
Et enfin c’est un héritage culturel à conserver !

Un projet…
Nous avons contacté Mr CANIVE de l’association pour le développement de la recherche et de
l’enseignement sur l’environnement (ADREE) afin de nous épauler sur la remise en état de la pièce
d’eau. Le projet est à l’étude, nous aurons probablement un étudiant de l’université de Picardie qui nous
conseillera dans le cadre de son cursus. Vous pouvez consultez le site suivant :
http://www.naturagora.fr , afin de vous rendre compte des actions menées par cette association.

 

1989

La mare, qui autrefois débordait

1998

2000